Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/340

Cette page n’a pas encore été corrigée



Voilà mon paradis, je n’en conçois pas d’autre ;
Il est le plus humain s’il n’est pas le plus beau ;
Ascètes, purs esprits, je Tous laisse le vôtre,
Plus effrayant pour moi que la nuit du tombeau.

L’IDÉAL

La lune est grande, le ciel clair
Et plein d’astres, la terre est blême,
Et l’âme du monde est dans l’air.
Je rêve à l’étoile suprême,

A celle qu’on n’aperçoit pas,
Mais dont la lumière voyage
Et doit venir jusqu’ici-bas
Enchanter les yeux d’un autre âge.

Quand luira cette étoile, un jour,
La plus belle et la plus lointaine,
Dites-lui qu’elle eut mon amour,
O derniers de la race humaine !

L’HABITUDE

L’habitude est une étrangère
Qui supplante en nous la raison .
C’est une ancienne ménagère
Qui s’installe dans la maison.

Elle est discrète, humble, fidèle,
Familière avec tous les coins ;
On ne s’occupe jamais d’elle,
Car elle a d’invisibles soins :

Elle conduit les pieds de l’homme,
Sait le chemin qu’il eût choisi,
Connaît son but sans qu’il le nomme,
Et lui dit tout bas : « Par ici. »

Travaillant pour nous en silence,
D’un geste sûr, toujours pareil,
Elle a l’œil de la vigilance,
Les lèvres douces du sommeil.