Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome11.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

gnés dans le sang de vos ennemis, et la langue de vos chiens en sera abreuvée[1]. »

« Faites fondre sur eux tous les traits de votre colère ; qu’ils soient exposés à votre fureur ; que leur demeure et leurs tentes soient désertes[2]. »

« Répandez abondamment votre colère sur les peuples à qui vous êtes inconnu[3]. »

« Mon Dieu, traitez-les comme les Madianites, rendez-les comme une roue qui tourne toujours, comme la paille que le vent emporte, comme une forêt brûlée par le feu[4]. »

« Asservissez le pécheur ; que le malin soit toujours à son côté droit[5]. »

« Qu’il soit toujours condamné quand il plaidera.

« Que sa prière lui soit imputée à péché ; que ses enfants soient orphelins, et sa femme veuve ; que ses enfants soient des mendiants vagabonds ; que l’usurier enlève tout son bien. »

« Le Seigneur, juste, coupera leurs têtes : que tous les ennemis de Sion soient comme l’herbe sèche des toits[6]. »

« Heureux celui qui éventrera tes petits enfants encore à la mamelle, et qui les écrasera contre la pierre[7]. »

On voit que si Dieu avait exaucé toutes les prières de son peuple, il ne serait resté que des Juifs sur la terre, car ils détestaient toutes les nations, ils en étaient détestés ; et, en demandant sans cesse que Dieu exterminât tous ceux qu’ils haïssaient, ils semblaient demander la ruine de la terre entière. Mais il faut toujours se souvenir que non-seulement les Juifs étaient le peuple chéri de Dieu, mais l’instrument de ses vengeances. C’était par lui qu’il punissait les péchés des autres nations, comme il punissait son peuple par elles. Il n’est plus permis aujourd’hui de faire les mêmes prières, et de lui demander qu’on éventre les mères et les enfants encore à la mamelle, et qu’on les écrase contre la pierre. Dieu étant reconnu pour le père commun de tous les hommes, aucun peuple ne fait ces imprécations contre ses voisins. Nous avons été aussi cruels quelquefois que les Juifs ; mais en chantant leurs psaumes, nous n’en détournons pas le sens contre les peuples qui nous font la guerre. C’est un des grands

  1. Psaume lxvii. (Note de Voltaire.)
  2. Psaume lxviii. (Id.)
  3. Psaume lxxviii. (Id.)
  4. Psaume lxxxii. (Id.)
  5. Psaume cviii (Id.)
  6. Psaume cxxviii. (Id.)
  7. Psaume cxxxvi. (Id.)