Page:Vivien - Le Christ.djvu/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.


leurs places, se demandaient avec inquiétude s’ils n’allaient pas être floués et si l’exécution aurait bien lieu en cet endroit.

Mais cette fois il n’y a plus de doute. Le fourgon vient de s’arrêter à la porte de la prison. Déjà, les aides se saisissent des montants de la machine et les déposent sur le sol, à quinze mètres à peine des maisons dont les fenêtres ont fait prime. Il y a là, à ces fenêtres, des hommes, des femmes, des enfants, des fillettes, des bébés même, au bras de leurs mères, et tous les yeux sont tendus vers ces choses qu’on déballe dans la nuit, et qui tombent sur le pavé de la rue avec un bruit sourd. Jusque sur