Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/34

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CE QUE DIT LE ROSIER



Je parlais au rosier dans un beau soir perdu
Et voici ce que le rosier m’a répondu :
CCPourquoi briser ainsi mon rêve
CCDe terre grasse et de paix brève ?

Ayant su l’écouter alors je reconnus
Que ces mots étaient vrais… Je partis, les pieds nus.
Car, en ce monde où la fatigue se prolonge,
Chacun sait que rien n’est si parfait que le songe.