Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/14

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE SABLIER



Le bien-être s’en va de mon corps douloureux…
Et l’ombre revenue emplit encor mes yeux.
Ô bien-être ! reviens dans mon cœur douloureux !

La terreur d’une proche et certaine agonie
Me hante brusquement d’une horreur infinie
Ô spectre horrible et prompt de la proche agonie !