Page:Vivien - Haillons, 1910.djvu/104

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ÉPITAPHE SUR UNE PIERRE TOMBALE



Voici la porte d’où je sors
Ô mes roses et mes épines !
Qu’importe l’autrefois ? Je dors
En songeant aux choses divines…

Voici donc mon âme ravie,
Car elle s’apaise et s’endort
Ayant, pour l’amour de la Mort,
Pardonné ce crime : la Vie.