Page:Virgile - Énéide, traduction Guerle, 1825, livres I-VI.djvu/391

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en courroux, il oubliait, pour partager mes peines, le fardeau des ans et les glaces de la vieillesse. Que dis-je ? si j’ai touché le seuil de tes demeures, si j’ose invoquer ta puissance, c’est encore lui dont les ordres m’ont envoyé vers toi. Daigne exaucer, chaste Sibylle, les vœux et d’un père et d’un fils ! Ton pouvoir est sans bornes ; et ce n’est pas en vain qu’Hécate t’a confié la garde des bois sacrés de l’Averne. Jadis Orphée, grâce aux accords de la lyre dont il charmait la Thrace, a bien ramené du Ténare l’ombre de son épouse. Pollux, mourant pour son frère, l’a pu racheter du trépas : tour à tour ils passent et repassent de la nuit de l’Érèbe à la clarté des cieux. Faut-il nommer Thésée ? faut-il nommer le grand Alcide ? Énée descend comme eux du grand Jupiter. »

Tel était son langage ; et sa main pressait les autels. Déiphobé répond ; « Digne sang de Vénus, ô fils d’Anchise ! sans peine on aborde aux enfers ; nuit et jour sont ouvertes les portes de Pluton. Mais revenir des sombres bords, mais revoir la lumière, c’est un bonheur trop rare, c’est un triomphe plus qu’humain. Peu de mortels favorisés de Jupiter, peu de héros enfans des dieux, et qu’une vertu suprême a placés dans l’Olympe, ont obtenu cette victoire. Des forêts profondes ferment l’accès du ténébreux séjour ; et le Cocyte aux eaux dormantes l’entoure, en serpentant, de ses noirs circuits. Toutefois si ta plus chère envie, ton vœu le plus ardent, est de franchir deux fois le Styx, de voir deux fois les livides manoirs ; s’il te plaît de tenter