Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tombeau]
— 65 —

Rien n’égale la splendeur de ces monuments de métal doré et émaillé. L’abbaye de Braisne, les cathédrales de Beauvais et de Paris, l’abbaye de Royaumont, en possédaient plusieurs[1].

Il y a une sorte de monument intermédiaire entre ces derniers tombeaux et les plates-tombes : ce sont des statues couchées sur un lit légèrement incliné, et ayant au-dessus du pavé un faible relief. Ces tombes étaient placées dans le chœurs des églises ou dans des chapelles, de façon à être vues des fidèles et à ne pas gêner la circulation. Il existait avant la révolution, dans l’église de Chaloché, au milieu du chœur, un tombeau ainsi composé : c’était celui de Thibaut, seigneur de Mothefélon, de Béatrix de Dreux, sa femme, de leur fils et de leur bru. Les quatre statues étaient couchées sur un socle peu élevé, en forme de lit de camp (fig. 30) ; les statues étaient peintes ; les deux sires de Mothefélon avaient leurs mailles dorées et portaient des cottes armoyées de leurs armes, qui sont de gueules aux six écussons d’or posés 3, 2 et 1. Ce tombeau datait du commencement du XIVe siècle[2].

Tombeau.eglise.Chaloche.png

Les tombés plates gravées ne remontent pas, comme nous l’avons dit déjà, au delà du XIIIe siècle. Mais vers la fin du XIIe et le commencement du XIIIe, on plaçait dans les églises beaucoup de pierres tombales, au ras du sol, qui présentaient l’effigie du mort en bas-relief. Le respect

  1. Voyez Gaignières, Bibl. Bodléienne, et la Monographie de saint Yved de Braisne, par Stanislas Prioux (Paris, 1859, Didron, édit.).
  2. Voyez Gaignières, Bibl. Bodléienne.