Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/454

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[vitrail]
— 451 —

entre elles et le tableau de la baie un filet blanc. Nous avons vu qu’à cette époque, les verriers employaient souvent les grisailles avec les figures colorées sur fond de couleur ; mais, avant le XVIe siècle, nous ne connaissons en France aucun exemple de figures peintes en grisaille sur verres blancs. Les artistes du XIVe siècle avaient cependant employé la peinture opaque en camaïeu pour les figures, dans certains cas ; il paraît donc surprenant qu’ils n’aient pas eu l’idée de le faire pour la peinture translucide, ou que, s’ils l’ont fait, il ne nous en reste pas des fragments.

Vitrail.cathedrale.Troyes.png


En observant attentivement les effets de la peinture translucide en grisaille, on se rend cependant compte des raisons qui ont dû empêcher ces artistes d’appliquer ce procédé aux figures. Si clairement composée que soit une verrière d’ornements en grisaille, si vigoureux que soit le dessin, si bien accusés que soient les fonds, il résulte toujours de ces compositions un effet miroitant à l’œil, qui rappelle l’aspect d’une étoffe damassée, c’est-à-dire un ensemble vibrant dont il est difficile, à moins d’une attention fatigante, de démêler la trame. La condition essentielle de toute grisaille incolore, c’est qu’il ne reste sur aucun point une surface de verre qui ne soit recouverte par le travail du pinceau. Il