Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/43

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tombeau]
— 40 —

d’ailleurs fort mutilé, et la statue du personnage vêtu d’habits civils est complètement fruste. La sculpture et l’architecture étaient peintes et dorées. L’inscription, également peinte, et dont on distingue à peine quelques lettres sous le badigeon ; était placée sous le bas-relief.

On le reconnaît facilement, la donnée de ce tombeau est la même que celle adoptée pour le beau monument de Saint-Denis, élevé à Dagobert. Nous ne pensons pas qu’il soit nécessaire d’insister davantage sur ce genre de sépultures en forme de niches ou chapelles adossées, et nous passerons à l’examen des tombeaux isolés, en commençant par les plus simples et qui sont aussi les plus anciens.

Sur les sommets des Vosges, près de Saverne, on trouve des restes d’enceintes et de débris qui remontent à une époque reculée, et particulièrement, entre Saverne et Dabo, de nombreux cimetières ont été découverts. La plupart des tombes qu’ils renferment présentent une disposition singulière. Ces monuments funéraires consistent en une auge ou un simple trou en terre, entouré de pierres sèches, contenant un vase cinéraire ; le tout est couvert par une pierre en forme de prisme triangulaire, légèrement convexe. À la base de la face antérieure est percé un trou en façon de petit arc, et correspondant une cavité faite aux dépens du bloc[1].

Tombeau.gaulois.png

La figure 12 montre un de ces monuments en coupe (A), et le couvercle séparé en B. Parfois, mais plus rarement, ces couvercles ne sont pas curvilignes (fig. 13). La rouelle gauloise, des imbrications ou des

  1. Voyez l’intéressante Notice de M. le colonel de Morlet sur ces monuments (Strasbourg, 1863).