Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/425

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[vitrail]
— 422 —

déposée avec d’autres panneaux dans les greniers du presbytère, et nous en donnons la copie (fig. 22 ter, A), au cinquième de l’exécution. Le masque est composé de huit morceaux pris dans un verre pourpre chaud. Les yeux sont coupés dans du vert blanc verdâtre ; les cheveux, dans un verre pourpre violacé. La couronne est jaune, avec pierres bleues et rouges. Elle est complètement couverte d’une teinte de grisaille, et les clairs sont enlevés au style, conformément au procédé du XIIe siècle. À la distance de 20 mètres, cette tête, d’une exécution si brutale, prend un tout autre caractère. Ce sont les traits d’un jeune homme à la barbe naissante. Nous présentons cette apparence, figure 22 ter, B.

Detail.vitrail.eglise.Saint.Remi.Reims.2.png


Le plomb qui, du coin de l’œil droit, rejoint l’aile du nez, disparaît entièrement en passant sur les grandes lumières, et ne fournit qu’une légère demi-teinte à ses points de contact avec les ombres. La touche violente du nez du côté du clair passe à l’état de demi-teinte se perdant vers l’extrémité inférieure. Le sourcil de l’œil droit s’adoucit grâce au filet clair qui passe dans l’ombre. La bouche se modèle avec une douceur toute juvénile, ainsi que le menton. Quant à la couronne,