Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/415

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[vitrail]
— 412 —

moyens matériels se modifient encore vers la fin du XIVe siècle et pendant le XV- sièclee, comme nous le verrons tout à l’heure.

Il n’est pas besoin d’avoir vu beaucoup de peintures gréco-byzantines, soit dans des manuscrits, soit dans des monuments de l’Orient, pour constater les rapports intimes qui existent entre les procédés employés par les artistes grecs et ceux d’Occident au XIIe siècle. C’est le même mode archaïque de tracé des plis, c’est le même faire. On peut donc facilement constater la différence profonde qui sépare ces procédés de peinture de ceux adoptés au commencement du XIIIe siècle pour les vitraux.

Vitrail.cathedrale.Bourges.3.png


Le style du dessin subit de même une transformation complète ; la tendance vers l’idée dramatique, vers l’expression, vers l’étude de la nature, apparaît dans l’art du verrier lorsque cet art est pratiqué par les écoles laïques. Le geste perd son allure archaïque, les têtes ne sont plus dessinées suivant un type de convention, les vêtements sont ceux du temps et fidèlement rendus ; l’exécution est plus libre, moins sévère, moins fine et serrée, elle vise à l’effet. Elle dénote une expérience approfondie des moyens pratiques pour obtenir le résultat le plus complet à l’aide des moyens les plus simples. La préoccupation dramatique est