Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/394

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[vitrail]
— 391 —

bleu sur lequel se détachent en vigueur les tons des personnages et en lumière les branchages de l’arbre. En B, sont des prophètes sur fond rouge. Ces prophètes sont principalement vêtus de bleu et de jaune fumée, ils tiennent des phylactères blancs. Cette tonalité chaude (car le bleu n’est plus ici le même que celui du fond, mais plus intense ou plus vert) donne une transparence lumineuse au fond bleu du centre.

Etude.coloration.vitrail.4.png


Pour relier ces fonds rouges des prophètes, l’artiste a drapé le Jessé couché en C d’un large manteau rouge ; il repose sur un lit tendu de blanc qui sert de point de départ, de souche à la tonalité de l’arbre. Une robe bleu sombre qui revêt le haut du corps du Jessé, ce blanc et quelques franges jaunes, donnent un éclat incomparable au rouge du manteau. Les demi-cercles rouges qui servent de champ aux prophètes sont sertis d’une bande bleue dans le ton du fond A et d’un liséré blanc chargé de détails ; puis les écoinçons G sont sur fond d’un beau vert d’émeraude chaud et limpide. Autour se développe une bordure splendide comme composition et éclat, dont nous donnons (fig. 8) le détail au sixième de l’exécution. En A, sont les fonds rouges des prophètes ;