Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/357

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[vantail]
— 354 —

portes faites d’après les ordres de l’abbé Suger pour la façade occidentale de la nouvelle église. Ces portes étaient, paraîtrait-il, très-richement décorées de lames de bronze doré et émaillé. « Il fit venir (Suger), dit D. Doublet, plusieurs fondeurs et sculpteurs expérimentés, pour orner et enrichir les battans de la porte principale de l’entrée de l’église, sur laquelle se void la Passion, Résurrection, Ascension, et autres histoires (avec la représentation dudit abbé prosterné en terre), le tout de fonte ; et qu’il luy a convenu faire de grands frais, tant pour le métail, que pour l’or qui y a esté employé pareillement aussi pour les battans de la porte de main droite, en entrant, qu’il a fait enrichir de métail, or et esmail, laissant les anciens battans de la troisiesme porte de main gauche, qui estoient an premier bastiment de l’église. » Une inscription en vers était apparente sur le bronze de la porte principale. Nous la transcrivons ici d’après dom Doublet :

« Portarum quisquis attollere quæris honorem,
Aurum nec sumptus, operis mirare laborem,
Nobile claret opus, sed opus quod nobile claret ;
Clarificet mentes, ut cant per lumina vera,
Ad verum lumen, ubi Christus janua vera,
Quale sit intus in his determinat aures porta,
Mens hebes ad verum per materialia surgit,
Et demersa prius bac visa Ince resurgit. »

Et sur le linteau au-dessus des vantaux :

« Suscipe vota tui judex districte Suggeri,
Inter oves proprias Cac me clementer haberi. »

Si le latin est médiocre, les pensées sont assez belles et bien appropriées à l’objet.