Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/350

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[vantail]
— 347 —

étaient fermés, à l’intérieur, par une barre de bois entrant dans les chantignoles G chevillées sur les montants de battement. Il y a tout à croire que cette façon de vantail remonte aux Gaulois, puisqu’on trouve encore la trace, dans des constructions privées de l’époque gallo-romaine, de ces trous cylindriques destinés à recevoir les tourillons des montants. On comprend sans peine combien ce grossier moyen de suspension des vantaux était défectueux. Les tourillons de bois roulaient difficilement dans leurs douilles de pierre b’ ; si les portes étaient d’une assez grande dimension, il fallait employer beaucoup de force pour faire pivoter les vantaux. Dès l’époque gallo-romaine, les pentures étaient en usage, puisqu’on en retrouve encore, et ce moyen de suspendre les huis fut généralement adopté à dater de la période carlovingienne (voyez Serrurerie). Toutefois les vantaux furent composés au moyen de membrures sur lesquelles on appliquait des frises, si les portes étaient d’une assez grande dimension.

Vantail.medieval.primitif.png

Le système de décharges pour empêcher les vantaux de donner du nez, c’est-à-dire de fléchir dans le sens de leur largeur sous leur propre