Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/213

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[trait]
— 210 —

l’arc ogive des mêmes voûtes du membre e. La projection horizontale de la naissance de ces divers arcs est tracée sur notre figure avec leurs profils.

Coupes.piliers.nef.Paris.et.Reims.2.png


L’arc ogive c du collatéral peut naître et prendre sa courbure avant la doublure b de l’arc-doubleau, de sorte que cet arc ogive repose sur l’assiette qui sert de point d’appui à cette doublure b ; aussi voit-on les deux projections se confondre en c. La pile se compose donc d’une seule colonne engagée pour ces deux membres confondus. Les projections des arcs sont d’ailleurs exactement comprises dans les lignes