Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 9.djvu/166

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[tour]
— 163 —

la coupe d’une de ces tours, celle de Toklé, que nous reproduisons ici d’après lui (fig. 63). On pénètre dans la salle basse par une porte A. Au centre de cette salle est creusée une citerne.

Tour.isolee.png

Pour aller chercher la porte qui donne dans les escaliers droits montant aux étages supérieurs, il fallait atteindre le niveau du plancher B au moyen d’une échelle. Une voûte en berceau forme le premier étage, et une voûte d’arête, sans arêtiers, supporte la plate-forme supérieure ; un second plancher divise ce second étage en deux pour réserver, sous la plate-forme, un magasin à provisions. Un mâchicoulis commande la porte. Le rez-de-chaussée pouvait servir d’écurie pour quelques chevaux.