Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 8.djvu/495

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[style]
— 492 —

maître français, l’a résolu de la manière la plus satisfaisante ? Si le style résulte en grande partie de la concordance parfaite entre la forme et sa destination, dans ces deux exemples, où se trouve-t-il ?

Etude.style.medieval.6.png

Dans l’arrangement romain que nous donnons ici, le style fait défaut. Le Romain trouvait le style, comme il arrive toujours, quand il ne le cherchait pas : dans les grands travaux d’utilité publique ; dans un amphithéâtre, par exemple, où tout était sacrifié à l’exécution d’un programme bien écrit ; dans les salles de thermes les plus simples et abstraction faite des ornements d’emprunt ; dans ces portiques larges, élevés pour abriter la foule. Mais quand le Romain prétendait se faire artiste à la façon du Grec, quand il dérobait au Grec un ordre sans en comprendre la signification première, pour l’adapter sans raison sous une retombée de voûte, ou en guise de contre-forts le long d’un mur, son architecture manquait de la première qualité du style, qui est la clarté, la juste application de la forme à l’objet. Les ruines des monuments vraiment romains, c’est-à-dire édifiés suivant la donnée romaine, ont du style. Restaurez la plupart de ces ruines, remettez en place les ordres, les encadrements, les bandeaux, les ornements enlevés par les barbares ou par