Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/388

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[menuiserie]
— 385 —

la coupe C, au moyen de clefs F et d’entailles. La coupe G, faite sur ab, et celle H, faite sur ef, expliquent la disposition des culs-de-lampe et des caissons. Les liens formant culs-de-lampe étaient revêtus entre eux de feuillets en façon de voussures et d’ornements sculptés sur les arêtes ou nervures.

Plafond.menuiserie.XVe.siecle.png


Les caissons étaient plus ou moins enfoncés et décorés. Ce système se retrouve adopté, avec quelques variantes toutefois, dans certains plafonds qui nous sont conservés par des estampes ou qui existent encore, tels que ceux des palais de justice de Rouen et de Paris. L’ancienne chambre des Comptes, brûlée pendant le dernier siècle, en possédait un fort beau de ce genre qui nous a servi à faire le tracé de la figure 25[1] ; il avait été établi sous le règne de Louis XII et était décoré entièrement, outre les sculptures, de peintures et de dorures.

  1. Topog. de la France. Bibl. imp.