Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/363

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[menuiserie]
— 360 —

neaux, figurant des parchemins pliés. L’exemple A montre des petites baguettes ornées, passant derrière ces parchemins.

Renforcements.de.panneaux.medievaux.png

Dans la menuiserie antérieure au XVe siècle, il était d’usage souvent, surtout pour les meubles, de revêtir les panneaux de peau d’âne ou de toile collée sur le bois au moyen de colle de fromage ou de peau. Lorsque ces boiseries vieillirent, ces revêtements durent quelquefois se décoller en partie des bois déjetés ; de là des plis, des bords retournés. Il est à présumer que les menuisiers eurent l’idée de faire de ces accidents un motif d’ornement et un moyen de donner de l’épaisseur aux panneaux, tout en laissant leurs rives et languettes très-minces. De là ces panneaux à parchemins plissés si fort en vogue pendant le XVe siècle et le commencement du XVIe.

Nos ouvriers du moyen âge n’étaient pas seulement d’habiles praticiens, ils étaient observateurs, attentifs à profiter de tout ce que le hasard leur faisait découvrir. Un défaut, un effet du temps sur les matériaux, devenait pour eux motif de perfectionnement ou d’ornement. Aimant leur métier parce qu’il était le produit d’un labeur raisonné et non une vague et inexpliquée tradition d’un art étranger, ils suivaient leur propre génie, trouvant des combinaisons nouvelles dans l’observation journalière de l’atelier sans emprunter au dehors des formes dont le sens n’avait plus pour eux de signification. Les architectes ont depuis longtemps déjà détourné la menuiserie de sa véritable ligne en voulant lui imposer des formes en désaccord avec ses ressources. Pendant les deux derniers siècles on a imité beaucoup de choses à l’aide de la menuiserie, le stuc, le marbre, la pierre, le bronze, des colonnes, des draperies, des corniches