Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/143

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[hourd]
— 140 —

encore des hourds du XVIe siècle sur les remparts élevés par Albert Dürer (voy. Créneau, fig. 18). Ces hourds sont maçonnés entre les membrures et couronnent les parapets des courtines par-dessus la grosse artillerie.

Illustration fig11 6 148.png

On donnait aussi le nom de hourd à des échafauds que l’on dressait soit dans des salles, soit sur l’un des côtés d’un champ, pour permettre à des personnes de distinction de voir certaines cérémonies, des ballets ou des combats en champ clos. Ces hourds étaient alors encourtinés, c’est-à-dire recouverts de riches étoffes, d’écussons armoyés, de peintures sur toile, de tapisseries. Leur intérieur était disposé en gradins et quelquefois divisé en loges séparées par des cloisons drapées. Les manuscrits