Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/558

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[fourches]
— 556 —

existait un gibet sur le territoire du Cens commun : or le gibet de Montfaucon se trouvant précisément dans cette censive, c’est évidemment de lui dont il est parlé. Dans le roman de Berthe aux grans piés, qui date de 1270 environ, il est question d’un certain Tibot pendu aux fourches de Montfaucon. Il y a donc lieu de croire que Pierre de Brosse ou Enguerrand de Marigny, auxquels on attribue la construction des fourches de Montfaucon, n’ont fait que les réparer ou les reconstruire. L’ouvrage en pierres de taille à bossages dont parle Sauval ferait croire que cet édifice avait été entièrement refait au commencement du XIVe siècle ou à la fin du XIIIe, ce genre d’appareil étant fort usité alors pour les bâtisses civiles. Ce gibet monumental était situé à côté de l’ancien chemin de Meaux, non loin de la barrière du Combat[1]. Comme le fait observer M. de Lavillegille, les seize piliers de l’édifice de Montfaucon étaient encore réunis (ce que Sauval n’explique pas et ne pouvait indiquer clairement, puisque de son temps le gibet était ruiné) par des traverses en bois intermédiaires. Louis X «… commanda pendre et étrangler Enguerrant à la plus haulte traverse de boys du gibet de Paris. Paviot fut puny de pareille punition, excepté qu’il fut attaché au-dessous de Enguerrant[2]. » La tapisserie de l’Hôtel de ville de Paris (plan de Paris) indique le gibet de Montfaucon avec trois traverses de bois. De plus, Sauval, dans les Comptes et ordinaires de la prévôté de Paris (t. III, p. 278), donne la pièce suivante, qui est importante (1425, Charles VII) :

« Œuvres et réparations faites en la grande Justice de Paris. À… pour avoir fait en ladite Justice les besognes cy-après : c’est à sçavoir, avoir pellée et découverte la terre au pourtour des murs qui font closture de ladite Justice, quarante pieds loing d’iceux murs : et si ont découverte et blanchie la place qui est dedans icelle closture, et aussi ont blanchi tous lesdits murs et les pilliers et poultres d’icelle Justice, tant dehors comme dedans, à chaux et colle et… chaux, colle, croye (craie), et eschafaux, peines d’ouvriers pour ce faire, etc.

« À… tailleurs de pierres et maçons, pour avoir fait arracher plusieurs vieux carreaux (de pierre) qui estoient rompus et froissés, tant ès pilliers cormiers (d’angle), comme ès pilliers estraiefs (intermédiaires), et ès murs qui font closture au pourtour de la closture d’icelle Justice ; et en lieu d’iceux y avoir mis et assis quarante carreaux doubles (boutisses) et un cartron de parpaings de la pierre du blanc caillou, et rétabli plusieurs trous qui estoient esdits murs par dehors œuvre, et empli de plastre tous les joints desdits murs, et pour avoir désassis et rassis tous les entablemens de pierre qui sont sur lesdits murs au pourtour de ladite Justice, et fait deux eschiffes de mur qui sont d’un côte et d’autre de l’entrée d’icelle Justice, et désassises et rassises les marches de taille qui sont en icelle entrée, de dessellées quarante-huit vieilles

  1. Voy. le plan de Verniquet.
  2. Gaguin. Grandes chroniques de France.