Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/453

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[flèche]
— 451 —

des poteaux CH. Si nous reprenons la fig. 11, nous remarquerons que non-seulement les poteaux qui forment les huit angles de la flèche sont inclinés vers l’arbre central de manière à former une pyramide et non un prisme, mais que ces poteaux donnent un double système de supports. Nous ne parlons pas des moises qui triplent quelques-uns de ces poteaux, parce que ces moises ne sont que des fourrures propres à donner plus de roide aux points d’appui, dans le sens de leur plat, et surtout destinées à recevoir les assemblages latéraux, afin de ne point affamer les poteaux principaux par des mortaises. Ce système de poteaux jumeaux séparés par un intervalle est un moyen très-puissant de résister à la pression des vents. On comprend que ces poteaux, bien reliés entre eux par des moises horizontales de distance en distance, offrent des points d’appui extrêmement rigides.

Charpente.fleche.Notre.Dame.Paris.6.png


En effet, soient (16) deux poteaux AB, CD enserrés entre des moises EFG : pour que le poteau CD se courbât suivant la ligne CID, il faudrait que le poteau AB se raccourcit, rentrât en lui-même, ce qui n’est pas possible ; pour qu’il se courbât suivant la ligne CKD, il faudrait que le poteau AB s’allongeât, ce qui est de même impossible. Le quadrilatère ACBD, relié par les moises EFG, n’est donc pas susceptible de déforma-