Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/346

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[étai]
— 344 —

sous-œuvre sont terminées, si bien faites qu’elles soient, ce sont toujours les étais qui portent. Du moment qu’on les desserre, les constructions nouvelles prennent charge ; il est donc important : 1º qu’elles ne prennent charge que successivement ; 2º que les pesanteurs agissent sur elles également et dans le sens vertical. Souvent un étai desserré trop tôt ou intempestivement fait éclater les substructions les mieux établies. L’important, c’est de desserrer ensemble les étais en regard, comme, par exemple, dans la fig. 7 bis, les deux batteries d’étais d’archivoltes A. Du reste, il en est des étaiements comme de beaucoup d’autres choses qui tiennent de l’art du constructeur : autant d’exemples, autant de cas particuliers ; par conséquent, autant de procédés applicables à ces cas particuliers. On ne peut que poser des principes généraux et indiquer quelques-unes des mille applications qui se présentent chaque jour. Nous dirons que le premier soin d’un architecte qui veut étayer des constructions, c’est de savoir exactement comment elles ont été faites, quels ont été les procédés employés par les constructeurs, quelles sont leurs habitudes, leurs appareils, quels sont leurs défauts et leurs qualités ordinaires, car on doit parer d’avance à ces défauts et profiter de ces qualités.

Les édifices de la période gothique étant élastiques, toujours équilibrés, il arrive que ces propriétés peuvent vous servir si vous les connaissez exactement, ou qu’elles peuvent déterminer des accidents si vous n’en tenez compte. Nous avons vu reprendre et en sous-œuvre des constructions qui, à cause de leur hauteur et de leur poids énorme, ne pouvaient être étayées, comme des clochers, par exemple, posés sur quatre piliers, et cela par des moyens très-simples, très-peu dispendieux, parce que les constructeurs qui dirigeaient ces reprises savaient profiter de la flexibilité de ces bâtisses et utilisaient les conditions d’équilibre. Mais quand une reprise en sous-œuvre, par les moyens extraordinaires employés, coûte plus cher que ne coûterait la reconstruction totale de la portion du monument à consolider, ce n’est plus de l’art. Disons encore que tout édifice étayé pour être repris exige une surveillance constante. L’architecte doit observer les moindres symptômes qui se manifestent ; l’ouverture d’un jour, la fêlure d’une pierre, sont toujours alors le signe d’un mouvement qui, si faible qu’il soit, doit être constaté, et l’architecte ne se donnera pas de repos qu’il n’en ait reconnu la cause pour y remédier. Une calle mise à propos, une chandelle posée à temps, préviennent souvent les plus sérieux accidents. Si des mouvements se manifestent, faut-il au moins qu’ils viennent pour ainsi dire en aide à l’architecte, qu’ils entrent dans son système général de soutènement. Il est même de ces cas très-graves où l’architecte doit provoquer ces mouvements, comme l’habile médecin, pour traiter une inflammation locale, attire le mal sur une autre partie du corps. On pourrait dire que tout étaiement dans les constructions consiste à prévenir un mal ; mais dans les édifices gothiques, il ne suffit pas de prévenir, il faut détourner ce mal : car, le système de la bâtisse gothique reposant sur les lois d’équilibre, si un point faiblit, toutes les pesanteurs