Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/296

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[escalier]
— 294 —

et en hauteur de 0,15 c. à 0,20 c. au plus, ce qui donne une inclinaison de 22 degrés ou environ. Mais, parfois, la place manque pour obtenir une pente aussi douce, et on est obligé, surtout dans les ouvrages de fortifications, de monter suivant un angle de 45 degrés, ce qui donne des marches aussi larges que hautes et ce qui rend l’ascension dangereuse ou fort pénible. En pareil cas, les constructeurs, observant avec raison que l’on ne met jamais qu’un pied à la fois sur chaque marche, soit pour monter, soit pour descendre, et que par conséquent il est inutile qu’une marche ait la largeur nécessaire à la pose du pied dans toute sa longueur, ces constructeurs, disons-nous, ont disposé leurs marches en coins, ainsi que l’indique la fig. 6,

Escalier.a.45.degres.png


de manière à ce que deux marches eussent ensemble 0,30 c. de hauteur et chacune 0,30 c. d’emmarchement par un bout, ce qui permettait d’inscrire la rampe dans un angle de 45 degrés. Seulement