Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/167

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[église]
— 165 —

noises des Xe et XIe siècles possédaient, comme celles de l’Île-de-France, des nefs couvertes en charpente ; alors les sanctuaires seuls étaient voûtés. La grande église abbatiale de Saint-Remy de Reims, d’une étendue peu commune, se composait d’une nef lambrissée avec doubles bas-côtés voûtés à deux étages. Un chœur vaste, avec bas-côtés et chapelles, remplaça, au XIIe siècle, les absides en cul-de-four[1]. L’église de Notre-Dame de Châlons-sur-Marne ne portait, sur la nef centrale, que des charpentes. Lorsqu’au XIIe siècle on reconstruisit le chœur de cette église, on éleva des voûtes sur la nef. Les églises importantes de la basse Champagne possèdent, comme celles de l’Île-de-France, des galeries voûtées au-dessus des bas-côtés, comprenant la largeur de ces collatéraux. Au XIIe siècle, on élève, dans la haute Champagne, des églises qui se rapprochent encore davantage de l’architecture antique romaine et qui se fondent dans l’école bourguignonne : telle est, par exemple, la cathédrale de Saint-Mammès à Langres, et plus tard la charmante église de Montiérender, les églises d’Isomes et de Saint-Jean-Baptiste à Chaumont.

école bourguignonne. Elle naît chez les clunisiens. Dès le XIe siècle, elle renonce aux charpentes sur les nefs ; elle fait, la première, des efforts persistants pour allier la voûte au plan de la basilique antique. Nous en avons un exemple complet dans la nef de l’église abbatiale de Vézelay. Au XIIe siècle, cette école est puissante, bâtit en grands et solides matériaux ; elle prend aux restes des édifices antiques certains détails d’architecture, tels que les pilastres cannelés, par exemple, les corniches à modillons ; elle couvre le sol d’une grande quantité d’églises dont nous citons seulement les principales : Cluny, Vézelay, la Charité-sur-Loire, d’abord ; puis les églises de Paray-le-Monial, de Semur-en-Brionnais, de Châteauneuf, de Saulieu, de Beaune, de Saint-Philibert de Dijon, de Montréal (Yonne), à la fin du XIIe siècle.

L’école bourguignonne abandonne difficilement les traditions romanes, et pendant que déjà on construisait, dans l’Île-de-France et la basse Champagne, des églises qui présentent tous les caractères de l’architecture gothique, on suivait en Bourgogne, avec succès, les méthodes clunisiennes en les perfectionnant.

école auvergnate. Elle peut passer pour la plus belle école romane ; seule, elle sut, dès le XIe siècle, élever des églises entièrement voûtées et parfaitement solides ; aussi, le type trouvé, elle ne s’en écarte pas. À la fin du XIe siècle et pendant le XIIe, on bâtissait, dans cette province, l’église de Saint-Paul d’Issoire, la cathédrale du Puy-en-Vélay, les églises de Saint-Nectaire, de Notre-Dame-du-Port (Clermont), de Saint-Julien de Brioude, et quantité de petits monuments à peu près tous conçus d’après le même principe. Cette école s’étendait, au nord, jusque sur les bords de l’Allier, à Ébreuil, à Châtel-Montagne, à Cogniat, jusqu’à Nevers dans la

  1. La nef de Saint-Remy de Reims, qui date du Xe siècle, fut voûtée au XIIe. Ces voûtes furent refaites en lattis et plâtre il y a peu d’années.