Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[échauguette]
— 124 —

guettes flanquantes, et la faiblesse de la défense ne résulte pas du nouveau parti adopté, qui avait pour résultat d’obliger l’assaillant à commencer ses travaux de siège à une plus grande distance de la place. Duguesclin, en brusquant les assauts toujours, donna tort au système des grands fronts flanqués seulement de tours très-espacées ; les échauguettes n’étaient pas assez fortes pour empêcher une échelade vigoureuse ; on y renonça donc vers la fin du XIVe siècle pour revenir aux tours rapprochées, et surtout pour augmenter singulièrement le relief des courtines. Examinons donc ces échauguettes des murailles papales d’Avignon.

Plan.echauguette.Avignon.png

La fig. 8 présente le plan d’une de ces échauguettes au-dessous des mâchicoulis ; elles ne consistent qu’en deux contre-forts extérieurs A, entre lesquels est pratiqué un talus dont nous allons reconnaître l’utilité ; un arc réunit ces deux contre-forts.

Echauguette.Avignon.png


Voici (9) en A l’élévation exté-