Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/71

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 68 —

au contraire il était âpre au gain, ce qui arrivait souvent, il tranchait les difficultés par la violence, ce qui lui était facile, puisqu’il réunissait sous la main le droit fiscal et les droits de justicier. Pour vivre et se maintenir dans une pareille situation sociale, le seigneur était amené à se défier de tout et de tous ; à peine s’il pouvait compter sur le dévouement de ceux qui lui devaient le service militaire. Pour acquérir ce dévouement il lui fallait tolérer des abus sans nombre de ses vassaux nobles, qui lui prêtaient le secours de leurs armes, les attirer et les entretenir près de lui par l’appât d’un accroissement de biens, par l’espoir d’un empiètement sur les terres de ses voisins. Il n’avait même pas de valets à ses gages, car, de même que ses revenus lui étaient payés en grande partie en nature, le service journalier de son château était fait par des hommes de sa terre qui lui devaient, l’un le balayage, l’autre le curage des égouts, ceux-ci l’entretien de ses écuries, ceux-là l’apport de son bois de chauffage, la cuisson de son pain, la coupe de son foin, l’élagage de ses haies, etc. Retiré dans son donjon avec sa famille et quelques compagnons, la plupart ses parents moins riches que lui, il ne pouvait être assuré que ses hommes d’armes, dont le service était temporaire, séduits par les promesses de quelque voisin, n’ouvriraient pas les portes de son château à une troupe ennemie. Cette étrange existence de la noblesse féodale justifie ce système de défiance dont ses habitations ont conservé l’empreinte ; et si aujourd’hui cette organisation sociale nous semble absurde et odieuse, il faut convenir cependant qu’elle était faite pour développer la force morale des individus, aguerrir les populations, qu’elle était peut-être la seule voie qui ne conduisît pas de la barbarie à la corruption la plus honteuse. Soyons donc justes, ne jetons pas la pierre à ces demeures renversées par la haine populaire aussi bien que par la puissance monarchique ; voyons-y au contraire le berceau de notre énergie nationale, de ces instincts guerriers, de ce mépris du danger qui ont assuré l’indépendance et la grandeur de notre pays.

On conçoit que cet état social dut être accepté par les Normands lorsqu’ils se fixèrent sur le sol français. Et en effet, depuis Rollon, chaque seigneur normand s’était prêté aux coutumes des populations au milieu desquelles il s’était établi ; car, pour y vivre, il n’était pas de son intérêt de dépeupler son domaine. Il est à croire qu’il ne changea rien aux tenures des fiefs dont il jouit par droit de conquête, car dès le commencement du XIIe siècle nous voyons le seigneur normand, en temps de paix, entouré d’un petit nombre de familiers, habitant la salle, le donjon fortifié ; en temps de guerre, lorsqu’il craint une agression, appeler autour de lui les tenanciers nobles et même les vavasseurs, hôtes[1] et paysans.

  1. Les vavasseurs et les hôtes étaient des hommes libres : les premiers tenant des terres par droit héréditaire et payant une rente au seigneur ; les seconds possédant un tènement peu important, une maison, une cour et un jardin, et payant cette jouissance au seigneur au moyen de redevances en nature s’ils étaient établis à la