Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 65 —

Probablement plusieurs portes s’ouvraient dans les palissades, au milieu de trois des faces, peut-être sur chacune d’elles. Ces portes étaient, suivant l’usage, garnies de défenses extérieures, comme le camp romain, avec lequel cette enceinte a plus d’un rapport. Ordinairement un espace, tracé au moyen de pierres brutes rangées circulairement sur le sol de la cour, indiquait la place des assemblées. Souvent, à l’entour de ces demeures, on rencontre des tumuli qui ne sont que des amas de terre recouvrant les ossements de guerriers remarquables par leur courage. Ces tertres pouvaient d’ailleurs servir, au besoin, de défenses avancées. Une guette, placée au sommet du donjon, permettait d’observer ce qui se passait dans les environs.

Si le château franc était posté sur une colline, sur un escarpement, on profitait alors des dispositions du terrain, et c’était l’assiette supérieure du plateau qui donnait la configuration de l’enceinte. Le donjon s’élevait soit sur le point le plus élevé pour dominer les environs, soit près de l’endroit le plus faible pour le renforcer. C’est dans ces établissements que l’on voit souvent, dès une époque reculée, le moellon remplacer le bois, à cause de la facilité qu’on trouvait à se le procurer dans des pays montagneux. Mais il arrivait fréquemment alors que l’assiette du château n’était pas assez vaste pour contenir toutes ses nombreuses dépendances ; le long des rampants de la colline ou au bas de l’escarpement on élevait alors une première enceinte en palissades ou en pierres sèches protégées par des fossés, au milieu de laquelle on construisait les logements propres à renfermer la garnison, les magasins, écuries, etc. Cette première enceinte, que nous retrouvons dans presque tous les châteaux du moyen âge, était désignée sous le nom de basse-cour. En général, cette enceinte inférieure était protégée par le donjon. On ne fut pas d’ailleurs sans reconnaître que le donjon posé au centre des enceintes, à l’instar du prætorium du camp romain, était, appliqué aux châteaux, une disposition vicieuse, en ce qu’elle ne pouvait permettre à la garnison de faire des sorties, de se jeter sur les derrières des assiégeants après que l’enceinte extérieure avait été forcée. Nous voyons le donjon des châteaux, dès le XIe siècle, posté généralement près de la paroi de l’enceinte, ayant ses poternes particulières, ses sorties dans les fossés, et commandant le côté de la place dont l’accès était le plus facile. Toutefois, nous penchons à croire que le château féodal n’est arrivé à ses perfectionnements de défense qu’après l’invasion normande, et que ces peuples du Nord ont été les premiers qui aient appliqué un système défensif soumis à certaines lois, suivi bientôt par les seigneurs du continent après qu’ils en eurent à leurs dépens reconnu la supériorité. Le système défensif normand est né d’un profond sentiment de défiance, de ruse, étranger au caractère franc. Pour appuyer notre opinion sur des preuves matérielles, nous devons faire observer que les châteaux dont il nous reste des constructions comprises entre les Xe et XIIe siècles, élevés sur côtes de l’ouest, le long de la Loire et de ses affluents, de la Gironde, de la Seine, c’est-à-dire sur