Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 62 —

Lorsqu’au Xe siècle les Normands furent définitivement établis sur une partie du territoire de la France, ils construisirent des demeures fortifiées, et ces résidences conservèrent un caractère particulier, à la fois politique et féodal. Le château normand, au commencement de la période féodale, se distingue du château français ou franc ; il se relie toujours à un système de défense territorial, tandis que le château français conserve longtemps son origine germanique ; c’est la demeure du chef de bande, isolée, défendant son propre domaine contre tous et ne tenant nul compte de la défense générale du territoire. Pour nous faire comprendre en peu de mots, le seigneur franc n’a pas de patrie, il n’a qu’un domaine ; tandis que le seigneur normand cherche, à la fois, à défendre son domaine et le territoire conquis par sa nation. Cette distinction doit être faite tout d’abord, car elle a une influence, non-seulement sur la position des demeures féodales, mais sur le système de défense adopté dans chacune d’elles. Il y a, dans la construction des châteaux normands, une certaine parité que l’on ne rencontre pas dans les châteaux français ; ceux-ci présentent une extrême variété ; on voit que le caprice du seigneur, ses idées particulières ont influé sur leur construction, tandis que les châteaux normands paraissent soumis à un principe de défense reconnu bon et adopté par tous les possesseurs de domaine, suivant une idée nationale. Lorsque l’on tient compte des circonstances qui accompagnèrent l’établissement définitif des Normands au nord-ouest de Paris, de l’intérêt immense que ces pirates tolérés sur le sol de la Normandie avaient à maintenir le cours des fleuves et rivières ouvert pour eux et les renforts qui leur arrivaient du Nord, fermé pour le peuple franc, possesseur de la haute Seine et de la plupart de ses affluents, on conçoit comment les Normands furent entraînés à adopter un système de défense soumis à une idée politique. D’ailleurs les Normands, lorsqu’ils se présentaient sur un point du territoire français, procédaient forcément partout de la même manière ; c’était en occupant le littoral, en remontant les fleuves et rivières sur leurs longs bateaux, qu’ils pénétraient jusqu’au cœur du pays. Les fleuves étaient le chemin naturel de toute invasion normande ; c’était sur leurs rives qu’ils devaient chercher à se maintenir et à se fortifier. Les îles, les presqu’îles, les escarpements commandant au loin le cours des rivières, devaient être choisis tout d’abord comme points militaires : la similitude des lieux devait amener l’uniformité des moyens de défense.

Les Francs, en s’emparant de la Gaule, s’étendirent sur un territoire très-vaste et très-varié sous le rapport géographique ; les uns restèrent dans les plaines, les autres sur les montagnes, ceux-ci au milieu de contrées coupées de ruisseaux, ceux-là près des grandes rivières ; chacun dut se fortifier en raison des lieux et de son intelligence personnelle ; ils cessèrent (hormis ceux voisins du Rhin) toute communication avec la mère patrie, et, comme nous l’avons dit ci-dessus, se trouvèrent bientôt isolés, étrangers les uns aux autres ; les liens politiques qui pouvaient encore les réunir se relâchaient chaque jour, et les idées de nationalité