Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 3 —

arbres deux fois séculaires en assez grande quantité pour que les constructeurs ne fussent pas obligés de remplacer le volume des bois par un judicieux emploi de leurs qualités. Il fallait encore allégir les charpentes au fur et à mesure que les constructions de maçonnerie, en s’éloignant des traditions romaines, devenaient elles-mêmes plus légères.

Les Grecs et les Romains n’adoptèrent, pour couvrir leurs édifices, que des combles peu inclinés ; cette forme exigeait l’emploi de bois d’un fort équarrissage pour résister à la charge des tuiles. Dans l’architecture romane, nous voyons longtemps, même dans le Nord, les combles conserver une assez faible inclinaison, et ce n’est guère que vers le milieu du XIIe siècle qu’ils prennent des pentes plus rapides. Ces modifications apportées dans la forme des couvertures contribuèrent encore à faire abandonner les gros bois pour la charpente des combles. Il faut dire aussi que les essences de bois employées par les charpentiers septentrionaux dans les édifices n’étaient pas les mêmes que celles généralement mises en œuvre par les Grecs et même les Romains. Ceux-ci semblaient préférer les essences résineuses, le sapin, le mélèze et le cèdre, lorsqu’ils avaient à couvrir un monument ; ces bois exigeaient des équarrissages plus forts que le chêne, préféré aux bois blancs pendant le moyen âge, dans le nord et l’ouest de la France.

Les Normands, peuple de marins, semblent être les premiers, dans ces contrées, qui aient fait faire un pas considérable à l’art de la charpenterie. Il est certain que, dès le XIe siècle, ils construisirent de vastes édifices entièrement couverts par de grandes charpentes apparentes ; l’Angleterre conserve encore bon nombre de ces charpentes, qui, bien qu’élevées pendant les XIIIe et XIVe siècles, sont combinées d’après des données complètement originales, et paraissent être le résultat de traditions plus anciennes. Ce qui caractérise la charpente anglo-normande, c’est son analogie avec les moyens d’assemblage employés de tous temps dans la charpenterie navale ; mais nous aurons l’occasion de revenir sur cette partie de notre sujet.

Les nefs des églises de l’abbaye aux Hommes et de la Trinité de Caen étaient évidemment, dans l’origine, couvertes par des charpentes apparentes, et déjà les pentes de ces charpentes devaient être passablement inclinées. Dans le centre de la France et dans l’est, les traditions de la charpenterie antique se conservèrent assez exactement jusqu’à la fin du XIIe siècle. Or, pour ce qui est des charpentes de combles, dont nous nous occuperons d’abord, le système emprunté aux anciens est fort simple. Il consiste en une suite de fermes portant des pannes sur lesquelles reposent les chevrons. La ferme primitive est souvent dépourvue de poinçons ; elle se compose (1) d’un entrait AB, de deux arbalétriers AC, BC, et d’un entrait retroussé DE, destiné à empêcher les arbalétriers de fléchir et de se courber sous la charge de la couverture. Si ces fermes ont une portée plus grande, on y ajoute un poinçon CF, venant recevoir les extrémités des deux arbalétriers, s’assemblant en F à tenon et mortaise, et arrêtant