Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 2 —

employaient le bois à profusion ; il suffit, pour s’en convaincre, de regarder les bas-reliefs de la colonne Trajane à Rome. Les contrées de l’Europe où ils portèrent la guerre étaient d’ailleurs presque entièrement couvertes de forêts, qu’ils défrichèrent en grand nombre, autant pour faire pénétrer leurs armées à travers ces pays demi-sauvages que pour leurs besoins. Déjà, sous l’empire romain, l’Italie ne pouvait plus fournir de bois en assez grande quantité pour les besoins du peuple-roi, et les forêts des Gaules, pendant plusieurs siècles, servirent d’approvisionnements à la marine et aux immenses établissements des Romains. La facilité avec laquelle on se procurait alors cette matière première explique comment on pouvait achever très-rapidement certains travaux gigantesques, tels que des ponts, des chaussées, des barrages, des digues, des campements militaires d’une grande importance, des enceintes de circonvallation et de contrevallation, des édifices publics et des villes tout entières.

Naturellement, sous le règne des rois mérovingiens, parmi les traditions des constructions romaines, la charpenterie fut une de celles qui se conservèrent le mieux ; le sol n’était pas épuisé, les forêts couvraient encore une grande partie des Gaules, et le bois était une des matières que l’on employait de préférence dans les constructions publiques ou privées, à cause de son abondance.

Grégoire de Tours cite un grand nombre d’églises, de villæ, de ponts, de maisons et de palais où le bois joue un grand rôle ; à défaut de ce texte, les incendies fréquents qui détruisirent non-seulement un édifice, mais des villes entières, pendant les périodes mérovingienne et carlovingienne, indiquent assez que la charpenterie était fort pratiquée jusqu’au XIe siècle. Cet art devait même être, relativement à la maçonnerie, arrivé alors à une grande perfection. Malheureusement, les exemples de charpente d’une époque reculée nous font défaut, et nous ne croyons pas qu’il en existe qui soient antérieurs au XIIe siècle. Force nous est donc de prendre l’art de la charpenterie à ce moment. Mais avant de donner des exemples, il est nécessaire de tracer sommairement la marche qu’a suivie cet art, d’indiquer les causes qui ont influé sur son développement.

Tant que des forêts immenses et qui paraissaient inépuisables fournirent des bois de grande dimension et d’un gros équarrissage, on s’appliqua à donner de la solidité aux charpentes, en employant plutôt des gros bois qu’en cherchant des combinaisons en rapport avec les qualités particulières à cette matière. Nous avons encore sous les yeux la preuve de ce fait. En Angleterre, par exemple les charpentes anglo-normandes, qui datent des XIIIe et XIVe siècles, sont, comparativement à nos charpentes de la même époque, qui subsistent dans l’Ouest, en Bourgogne, en Champagne et dans l’Île de France, beaucoup plus fortes comme équarrissage de bois, et leur solidité provient en grande partie de l’énorme dimension de ces bois. En France, dès le XIIIe siècle, l’art de la charpenterie s’applique à rechercher des combinaisons qui suppléent au faible équarrissage des bois employés. Déjà les forêts, éclaircies sur le continent, ne fournissaient plus de ces