Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/439

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 436 —

morceau de pierre et de leur donner un fort volume comparativement au diamètre et à la hauteur de la colonne ; comme de poser ces colonnettes, généralement peu ou point galbées, celle du dedans ayant son parement intérieur vertical, et celle extérieure légèrement inclinée, ou, pour employer un terme de bâtisse, ayant du fruit sur le dehors.

Une figure est nécessaire pour faire comprendre cette précaution des constructeurs romans. Soit (22) la coupe d’une colonnade de cloître portant des archivoltes ; soit A l’intérieur de la galerie et B le préau, la colonnette C sera posée verticale, tandis que la colonnette D sera posée inclinée de 0,02 c. ou 0,03 c., de G en H. La base double I étant prise dans un seul morceau de pierre, ainsi que le chapiteau double K, les deux colonnettes forment ainsi un véritable chevalement résistant à une poussée agissant suivant la ligne L M. Malgré ces précautions, basées sur une observation très-juste, le temps, la négligence, l’affaissement de charpentes mal entretenues et pourries, ont cependant fait déverser la plupart des colonnades des cloîtres romans couverts par des lambris. Mais ce qui nous a permis de constater ce fait intéressant, ce sont les centres des bases, en plan, qui sont presque toujours plus écartés que les centres des astragales des chapiteaux de 0,01 c., 0,02 c. ou même 0,03 c. ; c’est encore l’alignement du parement intérieur des bahuts O (qui n’a pu changer) comparé à l’alignement primitif intérieur N des archivoltes, donné par les angles des cloîtres, lesquels n’ont pu varier non plus. Mais nous avons l’occasion de nous étendre sur ces précautions des constructeurs dans la pose des membres de l’architecture au mot Construction.

Pour clore ce que nous avons à dire sur les cloîtres romans, nous signalerons à nos lecteurs le cloître de Saint-Lizier (Ariège) (fin du XIIe siècle). Sa construction est d’une extrême simplicité. Il se compose de deux étages de galeries, l’une au rez-de-chaussée, en maçonnerie, l’autre au premier, en charpente. La fig. 23 donne la moitié du plan général de ce cloître, et la fig. 24 sa coupe avec l’élévation des galeries. On ne saurait bâtir deux étages de portiques avec plus d’économie. Les colonnettes et