Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/438

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 435 —

Papoul était pauvre ; les galeries furent simplement couvertes par une charpente, et les colonnettes jumelles furent refaites en petits carreaux de briques octogonales, posés les uns sur les autres et réunis par un lit de mortier.

Quant aux charpentes en appentis qui couvrent les cloîtres, elles sont d’une grande simplicité ; elles se composent habituellement d’une suite de chevrons soulagés par des liens, et formant à l’intérieur un angle obtus dont les rampants étaient quelquefois lambrissés et peints.

Charpente.cloitre.png

La fig. 21 donne une de ces charpentes[1] ; en A nous avons reproduit le profil de l’extrémité des chevrons. Ces charpentes, sans entraits, poussaient les murs des galeries, surtout lorsque ces murs n’étaient pas maintenus par des piles assez rapprochées, et lorsqu’ils étaient montés sur de longues rangées de colonnettes accouplées. Aussi faut-il attribuer en grande partie la reconstruction de presque tous les cloîtres romans à la mauvaise combinaison de ces charpentes qui durent hâter leur ruine. Nous devons faire remarquer que parfois, comme à Moissac et à Saint-Lizier par exemple, les colonnettes des galeries des cloîtres romans sont tantôt accouplées, tantôt simples : lorsqu’elles sont simples, le chapiteau est beaucoup plus évasé, dans le sens de l’épaisseur du mur que dans l’autre sens ; lorsqu’elles sont jumelles, souvent les chapiteaux doubles sont pris dans un seul morceau de pierre, ainsi que les deux bases, afin de bien relier les fûts des colonnettes et de les rendre solidaires. Si les chapiteaux doubles sont indépendants l’un de l’autre, ce sont alors des tailloirs qui relient les colonnes accouplées sous le sommier des archivoltes. Les déversements fréquents des galeries des cloîtres romans, produits par la poussée des charpentes, firent évidemment substituer d’abord les colonnes jumelles aux colonnettes simples, puis obligèrent les constructeurs à prendre des précautions particulières lors de la pose de ces colonnettes jumelles : comme, par exemple, de tailler les chapiteaux accouplés dans un seul

  1. C’est la charpente du cloître de Saint-Papoul, qui date du XIVe siècle.