Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/33

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 30 —

d’autres, à cause de la disposition particulière des sablières, qui sont posées sur les entraits au lieu d’être au-dessous, et des blochets C qui viennent s’assembler dans les jambettes D, lesquelles sont pendantes et terminées par un cul-de-lampe, ainsi que le démontre la fig. 24, Les chevrons E, étant eux-mêmes assemblés à l’extrémité des blochets, débordent l’arête extérieure de la tête du mur, et tiennent lieu des coyaux destinés ordinairement à supporter l’égout du toit lorsque celui-ci, comme dans le cas présent, n’a pas de chéneau.

Charpente.eglise.Mauvesin.2.png


Dans cette fig. 24, nous avons indiqué l’entrait en F privé de son arbalétrier et de sa jambette. La charpente de l’église de Mauvesin possède un véritable faîtage en A (fig. 23), dans lequel viennent s’assembler les extrémités des chevrons et non point un sous-faîte, comme la plupart des charpentes précédentes. Le déversement des fermes est maintenu par des liens assemblés en B dans le poinçon, dans les entre-toises et dans le faîtage. Les chevrons entre les fermes, espacées de 4m,30, sont munis chacun d’un entrait retroussé, d’esseliers et de jambettes courbes comme les fermes-maîtresses ; ils ne diffèrent de celles-ci que par l’absence du poinçon et de l’entrait. Cette charpente, qui couvre une nef de 7m,00 de largeur, est fort simple et solide ; les courbes, aujourd’hui dégarnies, recevaient autrefois des bardeaux avec couvre-joints, comme ceux de la fig. 19.

Cependant les charpentiers des XIIIe et XIVe siècles élevaient des charpentes apparentes encore plus simples que celles données ci-dessus, pour couvrir des vaisseaux d’une largeur de 7m,00 à 8m,00. Il en existe une encore au-dessus de la nef de la petite église de Saint-Jean de Châlons-sur-

    à Bordeaux, qui a bien voulu nous communiquer ses croquis. Cette charpente date de la fin du XIIIe siècle.