Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/30

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[charpente]
— 27 —

l’entrait retroussé D, on voit une suite de courbes C habilement assemblées qui sont destinées à recevoir les bardeaux ou feuillets de chêne qui forment un berceau plein-cintre légèrement surbaissé ; en I est le poinçon qui passe à travers le berceau, au droit de chaque ferme, et vient suspendre l’entrait. La coupe longitudinale E montre une ferme en F et une suite de chevrons portant ferme G. Tous les chevrons sont armés chacun d’un entrait retroussé avec des courbes absolument semblables à celles C de la ferme-maîtresse. Les bardeaux en bois refendus sont cloués sur chaque courbe des chevrons et des fermes, ainsi qu’on le voit en H, et des couvre-joints, moulurés viennent cacher les joints et renforcer encore les courbes à l’intérieur, en même temps qu’ils servent de décoration. De grandes croix de Saint-André, assemblées dans les poinçons, dans les sous-faîtes K et entre-toises L, empêchent le hiement de l’ensemble de la charpente et le déversement des fermes. Nous donnons en M un détail du chapiteau du poinçon au point où il commence à devenir apparent sous le berceau. Cette charpente est aussi légère que solide, et il est facile de reconnaître qu’on n’y a mis en œuvre que la quantité de bois rigoureusement nécessaire à sa stabilité. Les équarrissages sont réduits à leur plus faible volume. Dans sa partie vue, le poinçon ne donne, en section horizontale, qu’un octogone de 0,13 centimètres de diamètre ; les arbalétriers n’ont que 0,14. sur 0,12. d’équarrissage, les chevrons 0,13. sur 0,12. Mais la façon dont les chevrons portant ferme sont rendus rigides mérite particulièrement de fixer l’attention des constructeurs.

La fig. 20 représente l’un d’eux. Posés sur des blochets, les pieds des chevrons sont raffermis par des jambettes courbes N ; un entrait retroussé O les réunit, et deux contre-fiches PP, assemblées à mi-bois avec l’entrait retroussé, viennent étayer les chevrons au-dessus du berceau en RR, en même temps qu’elles empêchent le triangle de se déformer par l’action du vent ou d’une charge plus forte d’un côté que de l’autre. Dans la coupe longitudinale E, on voit en S la rencontre des contre-fiches assemblées tenant aux chevrons, et comment cette rencontre ne gêne en rien le passage des grandes croix de Saint-André longitudinales. Cette charpente porte de la latte et de la tuile depuis six siècles, sans avoir subi aucune altération grave, et malgré qu’on ait coupé plusieurs pièces pour passer des tuyaux de cheminée.

Sur l’une des salles beaucoup plus petite, du même édifice, nous trouvons encore une charpente dont la combinaison, aussi bien entendue que simple, doit nous arrêter. Cette salle n’a pas plus de 4m,80 de largeur ; elle était, de même que la grande, couverte par un berceau plein-cintre en charpente avec entraits et poinçons apparents. Nous donnons (21) cet exemple.

En A est la ferme-maîtresse, en B un des chevrons portant ferme, et en C la coupe longitudinale de la charpente. Comme toujours, des hardeaux en chêne avec couvre-joints étaient cloués sur les courbes