Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/121

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 118 —

suzerain ayant un bras moins ferme et moins d’activité à déployer. Si Philippe-Auguste eût vécu dix ans de plus et qu’il eût eu à gouverner ses provinces en pleine paix, il est difficile de savoir ce qu’il aurait fait pour occuper l’ambition des grands vassaux de la couronne, et comment il s’y serait pris pour étouffer cette puissance qui pouvait se croire encore rivale de la royauté naissante. Le court règne de Louis VIII fut encore rempli par la guerre ; mais pendant la minorité de Louis IX, une coalition des grands vassaux faillit détruire l’œuvre de Philippe-Auguste. Des circonstances heureuses, la division qui se mit parmi les coalisés, l’habileté de la mère du roi, sauvèrent la couronne ; les luttes cessèrent, et le pouvoir royal sembla de nouveau raffermi.

Un des côtés du caractère de saint Louis qu’on ne saurait trop admirer, c’est la parfaite connaissance du temps et des hommes au milieu desquels il vivait ; avec un esprit de beaucoup en avance sur son siècle, il comprit que la paix était pour la royauté un dissolvant en face de la féodalité ambitieuse, habituée aux armes, toujours mécontente lorsqu’elle n’avait plus d’espérances d’accroissements ; les réformes qu’il méditait n’étaient pas encore assez enracinées au milieu des populations pour opposer un obstacle à l’esprit turbulent des seigneurs. Il fallait faire sortir de leurs nids ces voisins dangereux qui entouraient le trône, user leur puissance, entamer leurs richesses ; pour obtenir ce résultat, le roi de France avait-il alors à sa disposition un autre moyen que les croisades ? Nous avons peine à croire qu’un prince d’un esprit aussi droit, aussi juste et aussi éclairé que saint Louis n’ait eu en vue, lorsqu’il entreprit sa première expédition en Orient, qu’un but purement personnel. Il ne pouvait ignorer qu’en abandonnant ses domaines pour reconquérir la terre sainte, dans un temps où l’esprit des croisades n’était rien moins que populaire, il allait laisser en souffrance les grandes réformes qu’il avait entreprises, et que devant Dieu il était responsable des maux que son absence volontaire pouvait causer parmi son peuple. Le royaume en paix, les membres de la féodalité entraient en lutte les uns contre les autres ; c’était la guerre civile permanente, le retour vers la barbarie ; vouloir s’opposer par la force aux prétentions des grands vassaux, c’était provoquer de nouvelles coalitions contre la couronne. Entraîner ces puissances rivales loin de la France, c’était pour la monarchie, au XIIIe siècle, le seul moyen d’entamer profondément la féodalité et de réduire ces forteresses inexpugnables assises jusque sur les marches du trône. Si saint Louis n’avait été entouré que de vassaux de la trempe du sire de Joinville, il est douteux qu’il eût entrepris ses croisades ; mais l’ascendant moral qu’il avait acquis, ses tentatives de gouvernement monarchique n’eussent pu rompre peut-être le faisceau féodal, s’il n’avait pas occupé et ruiné en même temps la noblesse par ces expéditions lointaines. Saint Louis avait pour lui l’expérience acquise par ses prédécesseurs, et chaque croisade, quelle que fut son issue, avait été, pendant les XIe et XIIe siècles, une cause de déclin pour la féodalité, un moyen pour le suzerain d’étendre le pouvoir monarchique. Quel moment saint Louis