Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/115

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[chateau]
— 112 —

durer éternellement, et les peintures intérieures, dans les endroits abrités, sont aussi fraîches que si elles venaient d’être faites[1].

Autant qu’on peut le reconnaître dans la situation actuelle, le château de Coucy est traversé dans ses fondations par de nombreux et vastes souterrains, qui semblent avoir été systématiquement disposés pour établir des communications cachées entre tous les points de la défense intérieure et les dehors. La tradition va même jusqu’à prétendre qu’un de ces souterrains, dont l’entrée se voit dans les grandes caves sous les bâtiments d’habitation M, se dirigeait à travers les coteaux et vallées jusqu’à l’abbaye de Prémontré. Nous sommes loin de garantir le fait, d’autant que des légendes semblables s’attachent aux ruines de tous les châteaux du moyen âge en France ; mais il est certain que de tous côtés, dans les cours, on aperçoit des bouches de galeries voûtées qui sont aujourd’hui remplies de décombres[2].

Nous donnons (17) le plan du premier étage du château de Coucy. On voit en A les logis placés au-dessus de la porte d’entrée, en B le donjon avec sa chemise. On trouvera, à l’article Donjon, la description de cette magnifique construction. En B la chapelle orientée, largement conçue et exécutée avec une grandeur sans pareille, si l’on en juge par les fragments des meneaux des fenêtres qui jonchent le sol ; en D la grand’salle du tribunal, dite des Preux, parce qu’on y voyait, dans des niches, les statues des neuf preux. Deux cheminées chauffaient cette salle, largement éclairée à son extrémité méridionale par une grande verrière ouverte dans le pignon. Une charpente en bois avec berceau ogival en bardeaux couvrait cette salle. En E la salle des neuf Preuses, dont les figures étaient sculptées en ronde-bosse sur le manteau de la cheminée. Un boudoir F, pris aux dépens de l’épaisseur de la courtine, accompagnait cette salle ; cette pièce, éclairée par une grande et large fenêtre donnant sur la campagne du côté de Noyon, était certainement le lieu le plus agréable du château ; elle était chauffée par une petite cheminée et voûtée avec élégance par de petites voûtes d’arêtes.

Ces dernières bâtisses datent de la fin du XIVe siècle ; on voit parfaitement comment elles furent incrustées dans les anciennes constructions ; comment, pour les rendre plus habitables, on suréleva les courtines d’un étage ; car, dans la construction primitive, ces courtines n’atteignaient certainement pas un niveau aussi élevé, laissaient aux cinq tours un commandement plus considérable, et les bâtiments d’habitation avaient une beaucoup moins grande importance. Du temps d’Enguerrand III, la

  1. Les peintures, en grand nombre, que l’on trouve encore dans les intérieurs des tours du château de Coucy, sont d’un grand intérêt, et nous aurons occasion d’en parler dans l’article Peinture.
  2. Nous espérons bientôt reconnaître et dégager l’ensemble des souterrains de Coucy et pouvoir dire le dernier mot sur cette partie si peu connue de l’art de la fortification au XIIIe siècle.