Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 55 —

doubleaux se composent de deux rangs de claveaux, le second étant orné d’une moulure ou d’un boudin sur ses arêtes (37), cathédrale d’Autun. La nef de l’église de Vézelay, antérieure à cette époque, présente des arcs-doubleaux pleins cintres, les voûtes sont en arête, mais sans arcs-ogives (38).

Arcs.doubleaux.Autun.et.Vezelay.png

Dans les édifices civils du XIIe siècle, les arcs-doubleaux sont ordinairement simples, quelquefois chanfreinés seulement sur leurs arêtes (39) ; c’est vers la fin du XIIe siècle que les arcs-doubleaux commencent à se composer d’un faisceau de tores séparés par des gorges, cathédrale de Paris (40), églises de Saint-Julien-le-Pauvre, de Saint-Étienne de Caen, de Bayeux, etc.

Arcs.doubleaux.XIIe.siecle.2.png

Mais comme on peut l’observer à la cathédrale de Paris, les arcs-doubleaux sont alors minces, étroits, formés d’un seul rang de claveaux, n’ayant pas beaucoup plus de saillie ou d’épaisseur que les arcs-ogives avec lesquels leurs profils les confondent. Vers le milieu du XIIIe siècle, les arcs-doubleaux prennent deux et même quelquefois trois rangs de claveaux et acquièrent ainsi une beaucoup plus grande résistance que les arcs-ogives, lesquels ne se composent jamais que d’un