Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/69

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 50 —

archivoltes de portails.

Les murs-pignons des façades d’églises étant toujours d’une forte épaisseur, les portes sont nécessairement cintrées par une succession d’archivoltes superposées. Ces archivoltes, dans les édifices romans, présentent quelquefois jusqu’à quatre ou cinq rangs de claveaux, un plus grand nombre encore dans les édifices bâtis pendant la période ogivale ; les murs de ces derniers monuments, par suite de leur hauteur et de leur épaisseur, doivent être portés sur des arcs très-solides ; or, comme les constructeurs du moyen âge avaient pour méthode, lorsqu’ils voulaient résister à une forte pression, non d’augmenter la longueur de la flèche des claveaux de leurs arcs, mais de multiplier le nombre de ces arcs, méthode excellente d’ailleurs (voy. Appareil), il en résulte qu’ils ont superposé jusqu’à six, sept et huit arcs concentriques au-dessus des linteaux des portes de leurs façades. Ces séries d’archivoltes sont décorées avec plus ou moins de luxe, suivant la richesse des édifices. Pendant le XIe siècle, les archivoltes des portails sont pleins cintres ; elles n’adoptent la forme ogivale que vers le milieu du XIIe siècle, sauf dans quelques provinces où le plein cintre persiste jusque pendant le XIIIe siècle, notamment dans la Provence, le Lyonnais et la Bourgogne. Elles se distinguent dans l’Île-de-France et le centre, pendant le XIe siècle, par une grande sobriété d’ornements, tandis qu’en Normandie, en Bourgogne, en Poitou, en Saintonge, on les voit chargées, pendant le XIIe siècle particulièrement, d’une profusion incroyable d’entre-lacs, de figures, de rosaces ; en Normandie, ce sont les ornements géométriques qui dominent (24), (église de Than, près Caen, XIe siècle).

Archivoltes.Than.et.Toulouse.png

Dans la Provence, ce sont les moulures fines, les ornements plats sculptés avec délicatesse. Dans le Languedoc et la Guyenne, la multiplicité des moulures et les ornements rares (25), église Saint-Sernin de