Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/60

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[app]
— 41 —

les panneaux. Il paraît que du temps du moine Théophile on appliquait des verres colorés par la cuisson sur les verres des vitraux, de manière à figurer des pierres précieuses dans les bordures des vêtements, sans le secours du plomb. Il n’existe plus, que nous sachions, d’exemples de vitraux fabriqués de cette manière ; il est vrai que les vitraux du XIIe siècle sont fort rares aujourd’hui (voy. Theophili presb. et monac. Diversarum artium schedula. Paris. 1843).

APPUI, s. m. C’est la tablette supérieure de l’allège des fenêtres (voy. Allège); on désigne aussi par barres d’appui les pièces de bois ou de fer que l’on scelle dans les jambages des fenêtres, et qui permettent de s’accouder pour regarder à l’extérieur, lorsque ces fenêtres sont ouvertes jusqu’au niveau du sol des planchers.

Coupe.appui.medieval.png
Appui.tour.Carcassonne.png

Les barres d’appui ne sont guère en usage avant le XVIe siècle, ou si elles existent, elles ne sont composées que d’une simple traverse sans ornements. Par extension, on donne généralement le nom d’appui à l’assise de pierre posée sous la fenêtre dans les édifices religieux, militaires ou civils, quand même ces fenêtres sont très-élevées au-dessus du sol.

Appui.fenetre.roman.png
Appui.fenetre.roman.2.png

L’appui, dans les édifices élevés du XIIIe au XVIe siècle, est toujours disposé de façon à empêcher la pluie qui frappe contre les vitraux de couler le long des parements intérieurs. Il est ordinairement