Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/54

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[app]
— 35 —

cherché, dans la disposition de l’appareil de ses constructions, à économiser autant que faire se peut la pierre de taille. Et cependant cette église porte ses cinq cents ans sans que sa construction ait notablement souffert, malgré l’abandon et des restaurations inintelligentes. La manière ingénieuse avec laquelle l’appareil a été conçu et exécuté a préservé cet édifice de la ruine, que son excessive légèreté semblait promptement provoquer. L’étude de l’appareil des monuments du moyen âge ne saurait donc être recommandée ; elle est indispensable lorsqu’on veut les restaurer sans compromettre leur solidité, elle est utile toujours, car jamais cette science pratique n’a produit des résultats plus surprenants avec des moyens plus simples, avec une connaissance plus parfaite des matériaux, de leur résistance et de leurs qualités.

Linteau.en.plate.bande.png
Linteau.a.crossettes.png

Dans les édifices du XIe au XVIe siècle, les linteaux ne sont généralement employés que pour couvrir de petites ouvertures, et sont alors d’un seul morceau. Dans les édifices civils particulièrement, où les fenêtres et les portes sont presque toujours carrées, les liteaux sont hauts, quelquefois taillés en triangle (19) pour mieux résister à la pression, ou soulagés près de leur portée par des consoles tenant aux pieds-droits (20). Quand ces linteaux doivent avoir une grande longueur, comme dans les cheminées dont les manteaux souvent jusqu’à quatre ou cinq mètres de portée, les linteaux sont appareillés en plates-bandes (21) à joints simples ou à crossettes (22), ou à tenons (23).

Linteau.a.tenons.png

Les constructeurs connaissaient donc alors la plate-bande appareillée, et s’ils ne l’employaient que dans des cas exceptionnels et lorsqu’ils ne pouvaient faire autrement, c’est qu’ils avaient reconnu les inconvénients de ce genre d’appareil. D’ailleurs il existe du côté du Rhin, là où les grès rouges des Vosges donnent des matériaux très résistants et tenaces, un grand nombre de plates-bandes appareillées dans des édifices des XIIe, XIIIe et XIVe siècles. Dans la portion du château de Coucy, qui date du XVe siècle, on voit encore d’immenses fenêtres carrées dont les linteaux, qui n’ont pas moins de quatre mètres de portée, sont appareillés en claveaux, sans aucun ferrement pour les empêcher de