Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/496

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arm]
— 477 —

la pointe, le giron (44), la pairle (45), la bordure (46), l’orle (47), plus étroit que la bordure, le trescheur (48) ou essonier qui ne diffère de l’orle qu’en ce qu’il est plus étroit et fleuronné, l’écu en abîme (49), le gousset (50), rarement employé. Lorsque les pièces dont nous venons de parler se multiplient, ces répétitions se nomment rebattements. Harcourt porte : de gueules à deux fasces d’or (51).

Armoirie.pieces.2.png


Aragon (royaume) porte : d’or à quatre pals de gueules (52). Richelieu porte : d’argent à trois chevrons de gueules (53). Les pièces honorables, lorsqu’elles ne sont pas en nombre, doivent remplir, comme nous l’avons dit, le tiers de l’écu ; mais il arrive parfois qu’elles ont une largeur moindre, le tiers de leur largeur ordinaire ou le neuvième de la hauteur ou de la largeur de l’écu, alors elles changent de nom.

Armoirie.hamade.png

Le chef n’est plus que chef diminué, ou comble. le pal diminué se nomme vergette ; la fasce diminuée, devise ; la bande diminuée, cotice ; la barre diminuée, traverse. La cotice et la traverse sont alésées lorsqu’elles ne touchent pas les bords de l’écu. Dans ce cas, la cotice est dite bâton péri en bande, et la traverse bâton péri en barre. La champagne diminuée se nomme plaine. Les fasces, les bandes et les barres très-minces et mises deux à deux sont des jumelles ou gemelles (54). Si elles sont disposées trois à trois, on les nomme tierces ou tierches (55). Les fasces alesées de trois pièces se disent hamade ou hamaide (56).