Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/470

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 451 —

d’un exagône, auquel ayant montré comme il faut faire un bastion, on fera de même sur tous les autres angles. Soit l’angle R H L de l’exagône sur lequel il faut faire un bastion. On divisera un des côtés H L en trois parties égales, et chacune d’elles en deux, qui soient H F et H Q de l’autre…, qui seront les demi-gorges des bastions ; et sur les points F et Q soient élevés perpendiculairement les flancs F E, Q M égaux aux demi-gorges ; d’une extrémité de flanc à l’autre soit mené E M, soit prolongé le demi-diamètre S H…, et soit fait I A égal à I E ; après soit mené A E, A M qui feront le bastion Q M A E F rectangle, et prendra autant de défense de la courtine qui se peut, laquelle on cognoîtra où elle commence si on prolonge les faces A E, A M, jusqu’à ce qu’elles rencontrent icelle courtine en B et en K, la ligne de défense sera A C

On remarquera que cette méthode ne peut servir aux places de moins de six bastions, parce que les flancs et les gorges demeurant de juste grandeur, le bastion vient angle aigu. Quant aux autres parties on fera la largeur du fossé ou contre-escarpe V X, X Z parallèle à la face du bastion, à la largeur distante d’icelle autant que le flanc est long… »

De Ville admet les orillons ou épaules aux flancs des bastions, mais il préfère les orillons rectangulaires aux circulaires. Il joint au plan (74) le profil de la fortification (74 bis).

« Soit menée à plaisir, ajoute de Ville, la ligne C V, et sur icelle soit pris C D, cinq pas, sur le point D, soit eslevée la perpendiculaire D F, égale à C D, et soit tiré C F, qui sera la montée du rempart : du point F, soit mené F G, de quinze pas, parallèle à C V, et sur le point G soit eslevé G H d’un pas, et soit mené F H, qui sera le plan du rempart avec sa pente vers la place. H I sera fait de quatre pieds, et G L sera de cinq pas l’époisseur du parapet, K L sera tracé verticalement, mais K doit estre deux pas plus haussé que la ligne C V ; après sera mené K N, le talus du parapet, N Y le chemin des rondes sera d’environ deux pas, et M moins de demi pas d’epesseur dont sa hauteur M Y sera de sept ou huit pieds ; par après M P soit menée perpendiculaire sur C V, de façon qu’elle soit de cinq pas au-dessous de O ; c’est-à-dire au-dessous du niveau de la campagne, qui est la profondeur du fossé. P Q est le talus de la muraille qui doit estre d’un pas et demi, et O sera le cordon un peu plus haut que l’esplanade : la largeur du fossé Q R aux grandes places sera de vingt-six pas, aux autres vingt et un pas ; R S soit de deux pas et demi, le talus de la contrescarpe, sa hauteur S T cinq pas ; le corridor (chemin couvert) T V qui sera sur la ligne C V aura de largeur cinq à six pas, l’esplanade (le glacis) sera haute par-dessus le corridor d’un pas et demi V X, et laquelle s’ira perdant à quinze ou vingt pas en la campagne… et sera fait le profil : desquels il y en a de diverses sortes… ; les pas s’entendent de cinq pieds de roy… »

De Ville recommande les fausses braies en avant du rempart comme donnant beaucoup de force aux places, en ce qu’étant masquées par le profil du chemin couvert, elles retardent l’établissement des batteries de