Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/465

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 446 —

Génois se révoltèrent contre le roi de France Louis XII, ils bâtirent ainsi quelques bastions sur les collines qui les environnent ; et la prise de ces bastions qui furent emportés en quelques jours entraîna la perte de la ville même. Quant à ma seconde proposition, je soutiens qu’il n’y a pas de plus grand danger pour une forteresse que d’avoir des arrière-fortifications, où les troupes puissent se retirer en cas d’échec ; car lorsque le soldat sait qu’il a une retraite assurée quand il aura abandonné le premier poste, il l’abandonne en effet, et fait perdre ainsi la forteresse entière. Nous en avons un exemple bien récent par la prise de la forteresse de Forli, défendue par la comtesse Catherine, contre César Borgia, fils du pape Alexandre VI, qui était venu l’attaquer avec l’armée du roi de France. Cette place était pleine de fortifications où l’on pouvait successivement trouver une retraite. Il y avait d’abord la citadelle séparée de la forteresse par un fossé qu’on passait sur un pont-levis, et cette forteresse était divisée en trois quartiers séparés les uns des autres par des « fossés remplis d’eau et des ponts-levis. Borgia, ayant battu un de ces quartiers avec son artillerie, fit une brèche à la muraille que ne songea point à défendre M. de Casal, commandant de Forli. Il crut pouvoir abandonner cette brèche pour se retirer dans les autres quartiers. Mais Borgia une fois maître de cette partie de la forteresse, le fut bientôt de la forteresse tout entière, parce qu’il s’empara des ponts qui séparaient les différents quartiers. Ainsi fut prise cette place qu’on avait cru jusqu’alors inexpugnable, et qui dut sa perte à deux fautes principales de l’ingénieur qui l’avait construite : 1° Il y avait trop multiplié les défenses ; 2° il n’avait pas laissé chaque quartier maître de ses ponts…[1] » L’artillerie avait aussi bien changé les conditions morales de la défense que les conditions matérielles ; autant au XIIIe siècle il était bon de multiplier les obstacles, de bâtir réduit sur réduit, de morceler les défenses, parce qu’il fallait attaquer et défendre pied à pied, en venir à se prendre corps à corps, autant il était dangereux, en face des puissants moyens de destruction de l’artillerie à feu, de couper les communications, d’encombrer les défenses, car le canon bouleversait ces ouvrages compliqués, les rendait inutiles, et en couvrant les défenseurs de leurs débris, les démoralisait et leur ôtait les moyens de résister avec ensemble.

Déjà dans la fortification antérieure à l’emploi des bouches à feu on avait reconnu que l’extrême division des défenses rendait le commandement difficile pour un gouverneur de place, et même pour le capitaine d’un poste ; dans les défenses isolées, telles que les tours, ou donjons ou portes, on avait senti la nécessité, dès les XIe et XIIe siècles, de pratiquer dans les murs ou à travers les voûtes des conduits ou des trappes, sortes de porte-voix qui permettaient au chef du poste placé au point d’où l’on pouvait le mieux découvrir les dehors, de donner des ordres à chaque étage. Mais

  1. Œuv. compl. de N. Machiavelli, édit. Buchon, 1852. Voir le château de Milan (fig. 67), qui présente tous les défauts signalés par Machiavel.