Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/374

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 355 —

ou la battre au moyen d’engins très imparfaits. Aussi pendant les XIIe, XIIIe et XIVe siècles, quand on voulait donner une haute idée de la force d’une place, on disait qu’elle n’avait qu’une ou deux portes. Mais pour le service des assiégés, surtout lorsqu’ils devaient garder une double enceinte, il fallait cependant rendre les communications faciles entre ces deux enceintes, pour pouvoir porter rapidement des secours sur un point attaqué. C’est ce qui fait que nous voyons, en parcourant l’enceinte intérieure de Carcassonne, un grand nombre de poternes plus ou moins bien dissimulées, et qui devaient permettre à la garnison de se répandre dans les lices sur beaucoup de points à la fois, à un moment donné, ou de rentrer rapidement dans le cas où la première enceinte eût été forcée. Outre les deux grandes portes publiques de l’Aude et Narbonnaise, nous comptons six poternes percées dont l’enceinte intérieure, à quelques mètres au-dessus du sol, et auxquelles, par conséquent, on ne pouvait accéder qu’au moyen d’échelles. Il en est une, entre autres, percée dans la grande courtine de l’évêché, qui n’a que 2 mètres de hauteur sur 0m, 90 de largeur, et dont le seuil est placé à 12 mètres au-dessus du sol des lices. Dans l’enceinte extérieure on en découvre une autre percée dans la courtine entre la porte de l’Aude et le château ; celle-ci est ouverte au-dessus d’un escarpement de rochers de 7 mètres de hauteur environ. Par ces issues, la nuit, en cas de blocus, et au moyen d’une échelle de cordes, on pouvait recevoir des émissaires du dehors sans craindre une trahison, ou jeter dans la campagne des porteurs de messages ou des espions. On observera que ces deux poternes, d’un si difficile accès, sont placées du côté où les fortifications sont inabordables pour l’ennemi à cause de l’escarpement qui domine la rivière d’Aude. Cette dernière poterne, ouverte dans la courtine de l’enceinte extérieure, donne dans l’enclos protégé par la grosse barbacane, et par le mur crénelé qui suivait la rampe de la porte de l’Aude ; elle pouvait donc servir au besoin à jeter dans ces enclos une compagnie de soldats déterminés, pour faire une diversion dans le cas où l’ennemi aurait pressé de trop près les défenses de cette porte ou la barbacane, mettre le fer aux engins, beffrois ou chats des, assiégeants. Il est certain que l’on attachait une grande importance aux barbacanes ; elles permettaient aux assiégés de faire des sorties. En cela, la barbacane de Carcassonne est d’un grand intérêt (12) ; bâtie en bas de la côte au sommet de laquelle est construit le château, elle met celui-ci en communication avec les bords de l’Aude[1] ; elle force l’assaillant à se tenir loin des remparts du château ; assez vaste pour contenir de quinze à dix-huit cents piétons, sans compter ceux qui garnissaient le boulevard, elle permettait de concentrer un corps considérable de troupes qui pouvaient, par une sortie vigoureuse, culbuter les assiégeants dans le fleuve. La bar-

  1. Le plan que nous donnons ici est à l’échelle de 1 centimètre pour 15 mètres. La barbacane de Carcassonne a été détruite en 1821 pour construire un moulin ; ses fondations seules existent, mais ses rampes sont en grande partie conservées, surtout dans la partie voisine du château qui est la plus intéressante.