Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/361

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 342 —

de ses murs, permettre à quelques hommes de tenir en échec de nombreux assaillants. Mais, après les premières croisades, et lorsque le système féodal eut mis entre les mains de quelques seigneurs une puissance presque égale à celle du roi, il fallut renoncer à la fortification passive et qui ne se défendait guère que par sa masse, pour adopter un système de fortification donnant à la défense une activité égale à celle de l’attaque, et exigeant des garnisons plus nombreuses. Il ne suffisait plus (et le terrible Simon de Montfort l’avait prouvé) de posséder des murailles épaisses, des châteaux situés sur des rochers escarpés, du haut desquels on pouvait mépriser un assaillant sans moyens d’attaque actifs, il fallait défendre ces murailles et ces tours et les munir de nombreuses troupes, de machines et de projectiles, multiplier les moyens de nuire à l’assiégeant, déjouer ses efforts par des combinaisons qu’il ne pouvait prévoir, et surtout se mettre à l’abri des surprises ou des coups de main ; car souvent des places bien munies tombaient au pouvoir d’une petite troupe hardie de gens d’armes, qui, passant sur le corps des défenseurs des barrières, s’emparaient des portes, et donnaient ainsi, à un corps d’armée, l’entrée d’une ville. Vers la fin du XIIe siècle et pendant la première moitié du XIIIe siècle, les moyens d’attaque et de défense, comme nous l’avons dit, se perfectionnaient, et étaient surtout conduits avec plus de méthode. On voit alors, dans les armées et dans les places, des ingénieurs (engegneors) spécialement chargés de la construction des engins destinés à l’attaque ou à la défense. Parmi ces engins, les uns étaient défensifs et offensifs en même temps, c’est-à-dire construits de manière à garantir les pionniers et à battre les murailles ; les autres offensifs seulement. Lorsque l’escalade (le premier moyen d’attaque que l’on employait presque toujours) ne réunissait pas, lorsque les portes étaient trop bien armées de défenses pour être forcées, il fallait entreprendre un siège en règle ; c’est alors que l’assiégeant construisait des beffrois roulants en bois (baffraiz), que l’on s’efforçait de faire plus hauts que les murailles de l’assiégé, établissait des chats, gats ou gates, sortes de galeries en bois, couvertes de mairins, de fer et de peaux, que l’on approchait du pied des murs, et qui permettaient aux assaillants de faire agir le mouton, le bosson (bélier des anciens), ou de saper les tours ou courtines au moyen du pic-hoyau, ou encore d’apporter de la terre et des fascines pour combler les fossés.

Dans le poëme de la croisade contre les Albigeois, Simon de Montfort emploie souvent la gate, qui non-seulement semble destinée à permettre de saper le pied des murs à couvert, mais aussi à remplir l’office du beffroi, en amenant au niveau des parapets un corps de troupes. — « Le comte de Montfort commande : …Poussez maintenant la gate et vous prendrez Toulouse… et (les Français) poussent la gate en criant et sifflant ; entre le mur (de la ville) et le château elle avance à petits sauts, comme l’épervier chassant les petits oiseaux. Tout droit vient la pierre que lance le trébuchet, et elle la frappe d’un tel coup à son plus haut plancher qu’elle brise, tranche et déchire les cuirs et courroies… Si vous retournez la