Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/356

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 337 —

posésde fossés et de palissades ; les portes étaient alors ouvertes latéralement, de manière à obliger l’ennemi qui voulait les forcer de se présenter de flanc devant les murs de la place. Si du IVe au Xe siècle le système défensif de la fortification romaine s’était peu modifié, les moyens d’attaque avaient nécessairement perdu de leur valeur ; la mécanique jouait un grand rôle dans les sièges des places, et cet art n’avait pu se perfectionner ni même se maintenir, sous la domination des conquérants barbares, au niveau où les Romains l’avaient placé. Le peu de documents qui nous restent sur les sièges de ces époques accusent une grande inexpérience de la part des assaillants. Il était toujours difficile d’ailleurs de tenir des armées irrégulières et mal disciplinées devant une ville qui résistait quelque temps, et si les sièges traînaient en longueur, l’assaillant était presque certain de voir ses troupes se débander pour aller piller la campagne ; alors la défense l’emportait sur l’attaque, et l’on ne s’emparait pas d’une ville défendue par de bonnes murailles et une garnison fidèle. Mais peu à peu les moyens d’attaque se perfectionnèrent, ou plutôt furent suivis avec une certaine méthode : lorsqu’on voulut investir une place, on établit d’abord deux lignes de remparts de terre ou de bois, munis de fossés, l’une du côté de la place, pour se prémunir contre les sorties des assiégés et leur ôter toute communication avec le dehors, qui est la ligne de contre-vallation ; l’autre du côté de la campagne, pour se garder contre les secours extérieurs, qui est la ligne de circonvallation ; on opposa aux tours des remparts attaqués, des tours mobiles en bois plus élevées, qui commandaient les remparts des assiégés, et qui permettaient de jeter sur les boulevards, au moyen de ponts volants, de nombreux assaillants. Les tours mobiles avaient cet avantage de pouvoir être placées en face les points faibles de la défense, contre des courtines munies de chemins de ronde peu épais, et par conséquent n’opposant qu’une ligne de soldats contre une colonne d’attaque profonde, et se précipitant sur les murailles de haut en bas. On perfectionna le travail du mineur et tous les engins propres à battre les murailles ; dès lors l’attaque l’emporta sur la défense. Des machines de guerre des Romains, les armées des premiers siècles du moyen âge avaient conservé le bélier (mouton en langue d’oil, bosson en langue d’oc). Ce fait a quelquefois été révoqué en doute, mais nous possédons les preuves de l’emploi, pendant les Xe, XIe, XIIe, XIVe, XVe et même XVIe siècles, de cet engin propre à battre les murailles. Voici les copies de vignettes tirées de manuscrits de la Bibliothèque Impériale, qui ne peuvent laisser la moindre incertitude sur l’emploi du bélier. La première (9 bis) représente l’attaque des palissades ou des lices entourant une fortification de pierre[1] ; on y distingue parfaitement le bélier, porté sur deux roues et poussé par trois hommes qui se couvrent de leurs targes ; un quatrième assaillant tient une arbalète à pied-de-biche. La seconde (9 ter)

  1. Haimonis Comment. in Ezech., Bibl. Imp., manusc. du Xe siècle, F. de Saint-Germain, latin, 303.