Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/354

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 335 —

vrages avancés, communiquait à la rive opposée. En B était l’escarpement qui rendait l’accès de la ville difficile sur le point où une armée ennemie devait tenter de l’investir ; D le château dominant tout le système de défense, et le refuge de la garnison dans le cas où la ville tombait aux mains des ennemis. Les points les plus faibles étaient alors les deux fronts CC, et c’est là que les murailles étaient hautes, bien flanquées de tours et protégées par des fossés larges et profonds. La position des assiégeants, en face de ces deux fronts, n’était pas très-bonne d’ailleurs, car une sortie les prenant de flanc, pour peu que la garnison fût brave et nombreuse, pouvait les culbuter dans le fleuve. Dans le but de reconnaître les dispositions des assiégeants, aux angles EE étaient construites des tours fort élevées, qui permettaient de découvrir au loin les rives du fleuve en aval et en amont, et les deux fronts CC. C’est suivant ces données que les villes d’Autun, de Cahors, d’Auxerre, de Poitiers, de Bordeaux, de Périgueux, etc., avaient été fortifiées à l’époque romaine. Lorsqu’un pont réunissait, en face le front des murailles, les deux rives du fleuve, alors ce pont était défendu par une tête de pont G du côté opposé à la ville ; ces têtes de pont prirent plus ou moins d’importance : elles enveloppèrent des faubourgs tout entiers, ou ne furent que des chatelets, ou de simples barbacanes (voy. ces mots). Des estacades et des tours en regard, bâties des deux côtés du fleuve en amont, permettaient de barrer le passage et d’intercepter la navigation en tendant, d’une tour à l’autre, des chaînes ou des pièces de bois attachées bout à bout par des anneaux de fer. Si, comme à Rome même, dans le voisinage d’un fleuve, il se trouvait une réunion de mamelons, on avait le soin, non d’envelopper ces mamelons, mais de faire passer les murs de défense sur leurs sommets, en fortifiant avec soin les intervalles qui, se trouvant dominés des deux côtés par des fronts, ne pouvaient être attaqués sans de grands risques.

Fortification.romaine.2.png


À cet effet, entre les mamelons, la ligne des murailles était presque toujours infléchie et concave, ainsi que l’indique le plan cavalier (8)[1]. Mais si la ville occupait un plateau (et alors elle n’était

  1. Voir le plan de Rome.