Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/347

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 328 —

dans toute leur longueur, les couchent à terre parallèlement, les placent à une distance de deux pieds l’une de l’autre, les fixent transversalement par des troncs d’arbre, et remplissent de terre les vides.

Bas.relief.colonne.Trajane.png

Sur cette première assiette, ils posent une assise de gros fragments de rochers, et lorsque ceux-ci sont bien joints, ils établissent un nouveau radier de bois disposé comme le premier, de façon que les rangs de bois ne se touchent point et ne portent que sur les assises de rochers interposées. L’ouvrage est ainsi monté à hauteur convenable. Cette construction, par la variété de ses matériaux, composée de bois et de pierres formant un parement régulier, est bonne pour le service et la défense des places, car les pierres qui la composent empêchent les bois de brûler, et les arbres, ayant environ quarante pieds de long, liés entre eux dans l’épaisseur de la muraille, ne peuvent être rompus ou désassemblés que très-difficilement[1]

Les Germains établissaient aussi des remparts de bois couronnés de parapets d’osier. La colonne Antonine, à Rome, nous donne un curieux exemple de ces sortes de redoutes de campagnes (2). Mais ce n’étaient là probablement que des ouvrages faits à la hâte. On voit ici l’attaque de ce fort par les soldats romains. Les fantassins, pour pouvoir s’approcher du rempart, se couvrent de leurs boucliers et forment ce que l’on appelait la tortue: appuyant le sommet de ces boucliers contre le rempart, ils pouvaient saper sa base ou y mettre le feu à l’abri des projectiles[2]. Les assiégés jettent des pierres, des roues, des épées, des torches, des pots à feu sur la tortue, et des soldats romains, tenant des tisons enflammés, semblent attendre que la tortue se soit approchée complètement du rempart pour passer sous les boucliers et incendier le fort. Dans leurs camps retranchés,

  1. Cæs. Bell. gall. lib. VII, cap. XXIII.
  2. Ces boucliers, en forme de portion de cylindre, étaient réservés pour ce genre d’attaque.